Wow, such hack, very dogs, much play, so watch, Wow

Remarque : cet article ne contient aucun spoiler.

Oui alors j’hésitais pour le titre, je savais pas quoi mettre. Et vu le nombre de gens qui ont fait un trucage Watch_Doges, je me suis dit que ce serait original reconnaissable et plus original que “Test de Watch_Dogs”. Et si pour la première fois sur mon blog, je parle d’un gros jeu, ce n’est pas pour rien. Au début, j’avais pensé à “Watch_Dogs, comme GTA, mais en mieux”, comme titre mais c’était trop… non. Mais bref, entrons dans le vif du sujet.

Mardi, après une longue attente pour pas mal de gens (et pour moi aussi, mais moins), Watch_Dogs, le dernier bébé d’UbiSoft, est enfin sorti. Au programme : hacking, conduite, fusillades, infiltration, un peu tout et n’importe quoi et surtout beaucoup d’amusement. Personnellement, je ne l’ai pas acheté. Pas que je manque d’envie, mais simplement que ce soit trop cher pour moi de mettre cinquante euros dans un jeu, d’autant plus quand le multijoueurs est loin d’être indispensable. Donc je préfère attendre que des soldes Steam sauvages appariassent pour espérer l’attraper à un prix plus bas, ou simplement attendre que son prix baisse autant que celui de Far Cry 3.

La première chose qui surprend lorsque vous commencez à jouer à Watch_Dogs, est que le gameplay est totalement différent des jeux habituels, et qu’il introduit des dizaines de choses qu’on a jamais vues. Ainsi, on a le droit d’accéder à toutes les parties électroniques des niveaux, on peut les pirater pour arriver à nos fins et surtout on peut piloter la ville entière. Pour comprendre cette mécanique, il faut connaître le scénario du jeu. L’histoire se déroule dans un Chicago de notre époque, cependant futuriste par le fait qu’il soit doté d’un système baptisé ctOS, un programme qui contrôle tout dans la ville, améliorant ainsi la sécurité des habitants, réduisant le taux de criminalité et améliorant ainsi la vie des citadins (puisque le système leur permet également de savoir où il y a des embouteillages, d’être au courant des retards des transports en public…). Mais il y a un défaut à tout cela : les gens sont constamment espionnés par des dizaines de milliers de caméras à chaque coin de rue, et le système est relativement peu sécurisé. Là-dedans, vous, vous êtes plus ou moins un OVNI. Vous êtes entre les habitants qui profitent du système sans en comprendre – pour la plupart – les risques, et le groupe de whistleblowers-hackers DedSec, avec qui vous travaillez plus ou moins par le biais de BadBoy17 qui vous aidera souvent à accéder aux données.

Mais si tout le monde est en sécurité, où est le jeu ? Personne à sauver, impossible d’être un criminel façon GTA… En fait, il y a quelque chose de plus. Votre nièce, Lena, est morte dans un accident de voiture un an avant le début de l’histoire, et vous vous êtes mis en tête de retrouver les responsables (et de leur faire payer). C’est avant tout là-dessus qu’est basée l’histoire (au point où j’en suis), et vous serez aidé par un ami, ou plutôt un collaborateur, puisqu’il dit lui-même “ne pas vraiment avoir d’amis”, hacker du nom de Jordi, un chinois au caractère assez spécial mais avec beaucoup d’humour et surtout qui vous aidera dans pas mal de cas.

C'est lui, Jordi.
C’est lui, Jordi.

Heureusement, il n’y a pas que ça. A la façon d’un Far Cry 3, vous avez un grand éventail d’activités à pratiquer, comme sauver des gens du crime, transporter des choses, déloger des gangs de leurs planques…

Au centre de tout ce système se trouve un objet : votre smartphone. Il est connecté au réseau de ctOS et permet ainsi de tout connaître et d’accéder à tout. C’est le cœur du jeu, puisque c’est lui qui permet d’accéder aux ressources, de pirater tous les trucs piratables, et de récupérer des infos. Mais qu’ajoute t-il ?

Premièrement, et vous vous en rendrez compte dès votre première conduite, vous contrôlez l’environnement. Au début vous ne pouvez que faire faire n’importe quoi aux feux de circulation, engendrant ainsi quelques accidents aux croisements. Mais vous devrez ensuite déverrouiller d’autres compétences pour semer vos ennemis. Vous contrôlerez ainsi ponts levants, bornes escamotables, canalisations de vapeurs sous la route, herses routières… C’est assez intéressant puisque c’est la première fois que de telles fonctionnalités sont développées dans un jeu-vidéo.

Oui, les bornes font très mal aux voitures.
Oui, les bornes font très mal aux voitures.

Ensuite, votre téléphone vous permet également de vous immiscer dans la vie privée des gens… Ainsi, en utilisant le Profiler, vous aurez accès aux messages des passants, à leurs conversations téléphoniques, et même à leur compte bancaire (c’est la seule façon de gagner de l’argent rapidement). C’est également par ce biais que vous détecterez les crimes potentiels à empêcher, en s’infiltrant et en espionnant les conversations avant que le problème n’arrive.

Un bon exemple de ce qu'on pourrait appeler
Un bon exemple de ce qu’on pourrait appeler “s’immiscer dans la vie des gens”.

Le téléphone vous permettra aussi de commander des voitures, d’accéder à vos statistiques, vos compétences, mais il s’agit là d’un moyen plutôt commun pour ce genre de choses, je ne vais donc pas m’étendre sur le sujet.

Je veux pas dire, mais tout ça m'a l'air inspiré de Windows Phone...
Je veux pas dire, mais tout ça m’a l’air inspiré de Windows Phone…

Ce qui est véritablement bien dans ce jeu, c’est que la durée de vie semble… énorme. J’ai déjà passé quelques heures dessus et pourtant je ne suis pas très avancé selon le menu Progression du smartphone, d’autant plus qu’il reste pas mal de quêtes annexes. Autre point assez intéressant : la ville est vivante. Pour avoir joué plusieurs fois à GTA IV, je peux vous dire que les passants ne faisaient que vous insulter si vous passiez trop près d’eux. Là c’est différent : les gens parlent entre eux, au téléphone, vous parlent même à vous, parfois.

Et qu’en est-il du réalisme ? 

C’est sûr que ça ne fait aucun doute, pour le réalisme on repassera. Difficile de croire que toute une ville peut être contrôlée via un smartphone, d’autant plus pour les canalisations et ce genre de choses (oui parce qu’il n’y a pas, enfin je ne crois pas, de bouton “faire exploser la canalisation numéro x dans la mairie). De plus, lors du piratage des centres ctOS entres autres, on a des sortes de puzzles à résoudre, mais jamais vous ne verrez une seule ligne de code à écrire ou une recherche de failles à faire. Tout est fait de ce côté là. C’est dommage, parce que ce côté du jeu UbiSoft aurait pu aller plus profond, mais après tout je me demande si ça n’aurait pas un peu détruit le côté ludique de la chose, ce qui aurait été pour le moins paradoxal, non ? Du coup, je pense que même si le réalisme est assez faible, on peut se dire qu’il a fallu faire des concessions pour avoir un nombre assez importants de choses à faire (notamment sur la route), et qu’autrement on aurait jeté la pierre aux développeurs pour le manque d’exploitation de l’idée principale du jeu : le hacking.

Et les graphismes ?

Je n’ai pas parlé des graphismes, puisque j’ai toujours été le premier à dire que les graphismes ne font pas le jeu. Mais comment ne pas en parler ? Watch_Dogs est, de loin, le jeu le plus beau que j’aie jamais vu, dépassant facilement Crysis 3 et sa [tooltip content=”J’appelle “beauté artificielle” les moyens utilisés par les éditeurs / développeurs pour ajouter de la beauté à leurs jeux : particules en pagaille, effets de lumière en-veux-tu, en-voilà, et qui au final participe à la destruction du réalisme graphique du jeu, mais qui le rendent absolument tape-à-l’oeil.” url=”” ]beauté artificielle[/tooltip]. Là, le rendu est quasiment photo-réaliste. Il y a des reflets là où il doit y en avoir, l’eau est absolument extraordinaire, les effets de lumière sont sublimes, les explosions sont toujours meilleures et enfin les personnages sont plutôt bien rendus. Malheureusement, ces graphismes posent un énorme problème : le jeu est lent. J’espère d’ailleurs qu’UbiSoft ne tardera pas à mettre à jour le jeu pour améliorer les performances graphiques déplorables, car le jeu présente parfois d’importants drops de FPS lorsque l’on conduit par exemple, ce qui rend les poursuites quasiment impossibles à finir en un seul morceau, ce qui est inadmissible deux ans après l’annonce du jeu. Et il paraît que c’est encore pire sur les GPU AMD… Le plus dérengeant là-dedans est que baisser les paramètres graphiques n’aura souvent qu’une incidence de quelques FPS (et pareil dans l’autre sens). En toute logique (et en toute pratique également), passer d’une résolution de textures à une autre à une incidence assez grande dans les FPS (parfois de dix à vingt), ayant même pour effet de faire planter les configurations manquant de mémoire graphique.
Je vous laisse quelques captures d’écran spécialement choisies pour vous (je ne suis pas au maximum question paramètres graphiques, mais presque) !

Watch_Dogs est donc le jeu ultime et parfait ?

Non, pas pour autant, et pour plusieurs raisons. Avant tout, sa durée de vie est limitée. Il devrait selon moi y avoir plus de missions, et surtout générées de façon procédurale. Créer une trajectoire pour un convoi à arrêter n’est pas compliqué, générer un crime aléatoire l’est encore moins. Ca permettrait d’allonger encore la durée de vie. J’espère au moins qu’il y aura des DLC pour ajouter des missions.
Mais à part ça… je ne trouve rien à redire sur Watch_Dogs, vraiment. Sa difficulté est modérée, il faudra parfois recommencer certains passages pour y arriver, les éléments de gameplay sont variés et novateurs, les graphismes sont excellents, le monde ouvert est immense et détaillé seule l’intelligence artificielle pose parfois des soucis (mais des soucis qui au fond, sont peut-être indispensable pour pouvoir garder un gameplay infiltration jouable).

Bref, si vous hésitiez encore et que vous avez l’ordinateur pour, achetez Watch_Dogs. Maintenant.

C’est à croire que UbiSoft ne fait que des bons jeux… j’attends de voir Far Cry 4.